Les Enfants de Biarritz Morts pour la France

06 janvier 2013

MOMBER Edward

 

UN ANGLAIS INSCRIT SUR MONUMENT AUX MORTS DE BIARRITZ

 

MOMBER Edward

Major - 177 Tuneling Coy

  

Momber Edward est né le 16 juin 1888 à Biarritz il est le fils de Frédéric Joseph Ernest et de Marie Laure Eugénie Ardouin . Il est domicilié à Biarritz Villa l'Ermitage Quartier Beaurivage à Biarritz.

Décède le 20 juin 1917 à Ypres Belgique. Et son corps repose en Belgique au cimetière du « Lijssenthock Military Cemetary » Poperinge

Il fut entraineur du Biarritz Stade en 1912 et son nom est également gravé sur le monument des membres du Biarritz Olympique au Stade Léon Larribau à Aguiléra.

Le père du Major Momber s’était établi depuis de nombreuses années à Biarritz, Edward y est né, c’est pourquoi, bien qu’officier Anglais, il a été porté sur la liste des enfants de Biarritz morts pour la France et son nom inscrit sur le Monument aux Morts de Biarritz.

momber e f m (portrait)origine poperinge



Merci au Lijssenthok Military Cemetery Poperinge Belgique pour la tranmision de la photo de Momber Edward



 

Posté par 407ri à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2012

Monument aux morts de BARASTRE

Le nom de Charles BOULANT est inscrit sur le Monument aux Morts de BARASTRE (Pas de Calais 62 124) avec la mention Maréchal des Logis Aviateur Tombé à BARASTRE le 20 décembre 1916

BARASTRE 028

Merci à Serge, un visiteur du blog habitant le secteur qui m'a communiqué l'information ainsi que la photo du monument

Posté par 407ri à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2012

VISPALY Pierre

 

VISPALY PIERRE

Sergent – 13° Cie.

118° Régiment d'Infanterie

 

VISPALY Pierre est né le 19 août 1895 à Biarritz fils de Jean et de Giro Mathilde hôteliers à Biarritz décédé le 10 avril 1916 suite aux blessures de guerre à l'hôpital Militaire de Verdun.Citation à l'ordre du régiment : « Sous-officier brave et énergique. Tué en première ligne à son poste de combat. » Croix de Guerre.

Il est inhumé à la Nécropole Nationale Faubourg Pavé de Verdun, TN° 3715

 

Un bon Biarrot un brave et noble cœur, vient de mourir au service de la patrie. Pierre Vispaly, est tombé au champ d'honneur, frappé par la mitraille allemande dans le secteur de …... où les attaques ennemies sont particulièrement violentes. Il était à peine âgé de 20 ans. Il partit avec enthousiasme au moment de l'incorporation de sa classe et fut versé au ...Régiment d'infanterie de La Rochelle. Quelques mois après l était sur le front où il se battit toujours en brave. Son intelligence et son excellent esprit militaire l'avait vite fait remarquer de ses chefs, tandis que ses qualités naturelles lui avaient attiré l'affectueuse amitié de tous ses camarades. Les galons de sergent avaient consacré sa vaillance et son courage lorsque la mort est venu l'enlever à l'affection de la compagnie où tous l'aimaient où tous garderont pieusement son souvenir.

 

Voici en quelques termes un camarade L......annonce la fin du camarade « Pierrot »

16 avril 1916

« voulez vous je vous prie vous charger d'une pénible mission ? Celle d'apprendre à la famille Vispaly (Hôtel Maison Carrée) le malheur qui la frappe,Le sergent Vispaly du …. Infanterie 3° Cie a été tué net hier, vers quatre heures du soir, par un éclat d'obus qui l'a frappé un peu au dessus de l'œil gauche, Il n'a pas souffert. Quelques minutes auparavant, deux de ses amis sont blessés. N'écoutant que son courage, il court vers eux malgré le bombardement infernal et les panse. Il revient vers sa section, ses hommes sont terrifies: « n'ayez pas peur leur dit -il, abritez vous le mieux que vous pourrez » Ce furent ses dernières paroles. Il est mort en brave et laisse dans sa compagnie un souvenir qui ne périra pas. Assurez la famille de la part que je prends au malheur qui la frappe.

P.S. Je m'occupe très activement de faire inhumer son corps au cimetière de Verdun. J'écrirai moi- même à la famille dans quelques jours.

 

Article paru dans la Gazette de Biarritz le19 avril 1916

 

Posté par 407ri à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2011

Voici une photo pris probablement au cours d'une permission de Madame JAUZAS Marie Louise née MOUSSOU entourée de ses deux fils Jean à gauche décédé à Biarritz en 1989 à l'age de 100 ans et à droite Louis sergent au 132° Régiment d'infanterie décédé à Verdun le 13 mars 1915 à l'age de 21 ans.

Collection famille JAUZASJean, Louis (à droite) et leur mère Louise Moussou

Posté par 407ri à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2011

ALBERT Joseph Henri - Les surprises de la guerre

Les Surprises de la Guerre

 

ALBERT Joseph et ses quatre frères sont nés à Biarritz et sont partis bravement pour la guerre. Leur famille habite d’ailleurs  toujours  à Biarritz rue du Manège

Le 28 août 1914 dans les Ardennes, ALBERT Joseph fut atteint gravement à la tête entre les deux yeux, par un éclat d’obus. Aveugle, ensanglanté, inerte, il resta sur la champ de bataille et, le soir, après l’appel des survivants et le dénombrement des pertes, l’acte de décès de notre concitoyen fut rédigé comme suit :

«  Aujourd’hui le 28 août 1914, à la Fosse à l’Eau (Ardennes), devant nous, N… Pierre Louis, lieutenant, remplissant les fonctions d’officier d’état civil, sont comparus les sieurs C…, caporal au 2° Zouaves, et B…, caporal au 2° Zouaves, lesquels nous ont déclaré que le sieur Joseph Henri ALBERT caporal au 2° Zouaves, 3° bataillon, 9° compagnie, fils de Jean Baptiste ALBERT et de LACUS marie né le 19 mars 1891 à Biarritz est décédé à l’Eau (Ardennes) le 28 août 1914 par suites de blessures de guerre.

De quoi nous avons dressé le présent procès verbal qui a été dressé par nous et les témoins, après lecture faite suivent les signatures. »

Cependant, ALBERT Joseph, laissé pour mort sur le terrain, avait pu, au bout de quelques heures, se relever. Il avait dans la nuit, retrouvé un camarade gravement blessé lui aussi, et les tous les deux, se soutenant et s’encourageant mutuellement, avaient marché, marché longtemps tantôt en de cachant, tantôt se reposant cherchant un asile et du secours. Ils firent ainsi douze ou treize kilomètres et finirent par trouver une ferme où on leur donna les premiers soins.

Quelques jours après, ils furent recueillis par une ambulance et, après plusieurs mois de soins, ALBERT Joseph, guéri de ses blessures, obtint un congé qu’il vint passer à Biarritz où déjà on le comptait comme mort.

Sans plus s’inquiéter de cette situation, notre caporal, à l’expiration de sa permission, a rejoint son hôpital militaire, puis s’est rendu au dépôt de son régiment.

C’est là qu’il écrivait, à la date du 28 mai à une de ses parentes qui habite rue du Manège à Biarritz :

Satonay le 28 mai 1915

 Hier matin je suis allé à la place me faire porter rentrant.

Figure-toi ce qui m’est arrivé. Quand je suis arrivé, on n’a pas voulu me croire, car on me disait que j’étais mort. Il m’a fallu toutes les pièces d’identité pour me faire reconnaître et j’a vu « la feuille de ma mort »

Ce mort bien vivant, qui ne demande qu’a reprendre le fusil et la baïonnette pour se venger des Boches qui l’ont…tué, avait même eu le culot d’apporter à Biarritz le culot de l’obus qui l’avait rayé d’entre les vivants.

La Gazette le félicite de sa résurrection et lui souhaite un heureux retour après la victoire.

En attendant – comme il faut un jugement pour réformer l’acte de décès erroné – Les autorités feront toute diligence pour faire insérer de nouveau Joseph ALBERT au nombre des citoyens vivants et bien vivants.

 

Article paru dans La Gazette de Biarritz - juin 1915 -

 

ALBERT Joseph fut nommé sergent et décéda le 16 avril 1917 -

Posté par 407ri à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2011

LARRIBAU Léon Jean Aimé

LARRIBAU Léon Jean Aimé

 

Né le 2 mars 1889 à Anglet, Maison Courbois quartier des Pontots, père Jean, mère Prudet Alexandrine.

Décédé le 31 décembre 1916 à la Cote du Poivre à Louvemont - Sergent 12° Régiment Infanterie 3° cie -

 

Il joua au CA Périgueux jusqu’en 1912 fut Capitaine du Biarritz Olympique et international demi de mêlée il disputa son dernier match avec le maillot de l’Equipe de France le 13 avril 1914 à Colombes contre l’Angleterre, victoire des anglais 39 - 13 (9 essais à 3) le tiers des joueurs de ce match vont décéder pendant le conflit.

 LARRIBAU_L_on_Equipe_France1914

 

 

Le stade du Biarritz Olympique s’appelle Léon LARRIBAU depuis 1953

A___Tribune_Haget_

 

 

Plaque aujourd’hui disparue

  Larribau_Jean_Aim__L_on___N_cropole_Nationale_Glorieux

  

Sépulture de Léon LARRIBAU

Nécropole Nationale Glorieux - TN° 2816

Verdun Meuse 55

 

 

 

 

 

 

 

Posté par 407ri à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2010

LISTE INSCRITS MONUMENT AUX MORTS

Liste 1939/1945

 

 

ALEXANDRE Anselme - 6° Régiment Pionniers -

 

Né 29 janvier 1905 à Biarritz - Décédé 20 juillet 1942 Helmer (Allemagne)

 

 

ARMENTIA Arthur -

 

ARRIZABALAGA Jean - 1° BILA -

 

Né 9 janvier 1909 à Biarritz - Décédé 13 septembre 1940 Hôpital Militaire (Tunis)

 

 

AYERRA François Laurent - 6° RMTMA -

 

Né 20 juillet 1920 à Biarritz - Décédé 20 juillet 1944 Campiglia (Italie)

 

 

BARTHELEMY François -

 

BEGUE Maurice Jean Théo - 11° Régiment des Tirailleurs Algériens -

 

Né 14 avril 1918 à Biarritz - Décédé 21 mai 1943 Fez (Maroc)

 

BIRA Julien Félix - 30 Régiment des Spahis Marocains -

 

Né 17 janvier 1922 à Biarritz - Décédé 14 avril 1945 Province de Bade (Allemagne)

 

 

BISCAY Gilbert - 3° Régiment de Marche du Tchad - 2° DB -

 

Né 27 mai 1925 Paris 13° - Décédé 30 juillet 1945 à Biarritz suite blessures -

 

 

BISCAYART Albert Auguste -501° Régiment des Chars de Combat -

 

Né 8 avril 1914 à Biarritz - Décédé 23 mars 1945 Ceiligenbeil ( Prusse)

 

 

BONIFACE Maurice Louis Jean - 64° Régiment Artillerie Division Leclerc -

 

Né 10 novembre 1893 Bayonne - Décédé 25 mars 1944 Villers s/Marne (Aisne)

 

 

BORDENAVE Jean Henri -Parc Artillerie -

 

Né 14 juillet 1913 Biarritz - Décédé 10 mai 1940 Brieules s/Meuse (55)

 

 

BOURTHAYRE Joseph -444 ° Régiment des Pionniers -

 

Né 14 mars 1904 Biarritz - Décédé 15 juin 1940 Esne en Argonne Meuse -

 

 

BOURTHAYRE Louis Arthur - 4° régiment Art. Afrique -

 

Né 29 janvier 1920 Biarritz - Décédé 5 juillet 1944 Sienna -

 

 

BOURTHAYRE René -

 

COMMARIEU Louis -

 

 

COUCHOT Jean Baptiste - 10° Bataillon Chasseurs à Pied --

 

Né 20 juin 1910 Bidart - Décédé 26 juin 1940 La Bresse - Vosges -

 

 

CUSSO Albert Régiment des Tirailleurs Sénégalais-

 

Né 25 décembre 1914 Biarritz - Décédé 13 mai 1945 Hôpital Militaire Maillot Alger-

 

 

CUSSO Jean André -

 

Né 9 juin 1912 Biarritz Décédé 18 mai 1940 Bois d’Inor - 55 Meuse  -

 

 

DA COSTA OLIVEIRA Dom. -

 

 

DARRITCHON Alexandre - Forces Françaises de l’Extérieur -

 

Né le 12 juillet 1892 - Décédé le 27 novembre 1942 Suresne - 75 Seine - Fusillé par les Allemands -

 

 

DATCHARY Alfred -

 

 

DELIEZ Louis -

 

 

DIBARBOURE Hippolyte -

 

 

DRESS Pierre -

 

 

DUCASSE Christian -

 

 

DUCOMB Jean -

 

 

DUHAU Dominique -

 

 

DUNOUHAU Marcel - 7°Régiment  Tirailleurs Algériens -

 

Né le 5 octobre 1924 Guéthary - Décédé 29 juin 1944 à Biarritz -

 

 

DUPONT Raymond -

 

 

DURQUET Lucien Hubert - 6° Régiment du Génie -

 

Né le 20 février 1914 à Biarritz - Décédé 30 mai 1940 Dunkerque - 59 Nord -

 

 

ELGART Jean -

 

 

ETCHECOPAR Jean -

 

 

ETCHEGOYEN Henri Marcel -

Né 24 mai 1915 Biarritz - Décédé 10 avril 1943 Graz  Autriche - Coup de baïonnette -

 

 

ETCHETO Jean -

 

FOURE LABROT Louis Eugène Jean -

Né 30 août  1921 Hendaye - Décédé 17 octobre 1944 Sommet du haut de Touteux - 88 Vosges - Tué par balle -

 

 

GARZARON Guillaume-

 

 

GUICHENEY Jean Baptiste -Défense Passive -

 

Né16 novembre 1898 Biarritz - Décédé 27 mars 1944 Bombardement de Biarritz -

 

 

HEPPE Daniel - Défense Passive -

 

Né 15 décembre 1903 Biarritz - Décédé 27 mars 1944 Bombardement de Biarritz -

 

 

HIRIGOYEN Jean -

 

HUARTE André -

 

JULIEN Maurice-

 

 

LABAT Jean -

 

LAFONT Jean -

 

LAFOURCADE Albert Jean Baptiste Ernest- 81° RIA -

 

Né 22 janvier 1914 Biarritz - Décédé 8 juin 1940 Nesle Normandeux - 76 Seine Inf.-

 

 

LAHARANNE Laurent -

 

LALANNE Jean Baptiste -

 

LALOT René -

 

LAMOTHE Emile Félix -

Né 19 septembre 1914 Biarritz - Décédé 15 mai 1944  Dora Allemagne -

 

 

LANNELONGUE Daniel -

 

LANS Martin -

 

LARRE Jacques Gratien André- Groupe Sanitaire de Colonne -

 

Né 6 septembre 1911 Biarritz - Décédé 25 septembre 1945 Alger -

 

 

 

LARTIGAU Bernard Louis -Défense Passive -

 

Né 26 février 1885  Tosse Landes - Décédé 27 mars 1944 Bombardement de Biarritz -

 

 

LASSALLE Henri -

 

LATAPY Paul René -10° Bataillon des Chasseurs Alpins -

 

Né 26 septembre 1910 Biarritz - Décédé 5 février 1943 Elsterhorst Allemagne -

 

 

LAVACHE Maurice -Forces Françaises de l’Intérieur -

 

Né le 15 septembre 1924 Biarritz  Décédé 7 juillet 1944 Meilbran -  Gers 32 - Tué au combat -

 

 

LAVACHE René Jacques- Forces Françaises de l’Intérieur -

 

Né le 17 mai 1922 Biarritz  -  Décédé 7 juillet 1944 Meilbran -  Gers 32 - Tué au combat

 

 

LECUONA Arthur -

 

LEGO Amédée -

 

LEMAIRE Gabriel -

 

MELERO-GLARIA Manuel-

 

 

MENDIBOURE Bernard -

 

 

MIMIAGUE Joseph -

 

 

MONCHET Célestin -

 

MONNIER Charles -

 

MORA José -

 

MOURGUIART Dominique -

 

MUNIAN Fernand Bernard René -18° Escadron du Train des Equipages -

 

Né 25 mai 1912 - Décédé 21 juin 1940 Gravelines - 59 Nord -

 

 

NERVE Jacques -

 

PERONNE René Marcel- Forces Françaises Combattantes -

 

Né 20 février 1912 Biarritz - Décédé 00 décembre 1913 Buchenwald  Allemagne -

 

 

PETRIARTE Dominique -

 

PINAQUY Daniel -

 

PUCHU Jacques -

 

 

RETA Antoine - 123° Régiment Infanterie -
Né 26 septembre 1912 Biarritz - Décédé 9 juin 1940  Verrieres  Tué au combat -

 

RETOURET Jean -

 

RIBIS Léon -

 

ROMAIN Raphaël -

 

ROUDE Marcel -

 

SARREBEYROUX André Martin Jean - 197° RALT -

 

Né 20 juin 1908 Biarritz  - Décédé 6 janvier 1943 Paris -

 

 

SARROTE Pierre -

 

STANISLAS Louis -

 

TAILLEUR Gaston -

 

TENANT DE LATOUR Léon -

 

TISNE Jean -

 

VIGNAU Henri -
 
VIGNES Jean Maurice -

Né à Biarritz  - Décédé dans les Vosges par balle -

 

 

….EMS Fréderic -

 

 

CASTAG…S -

 

 

…E…T Lucien -

 

 

ETCHA….    .E...RD -

 

LACOST      ….E…-

 

 

.O…….     ….GE -

 

 

Posté par 407ri à 18:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 octobre 2010

Etablissements de Biarritz ayant recus des blessés

ETABLISSEMENTS DE BIARRITZ AYANT RECUS DES BLESSES

CASINO BELLEVUE

Hôpital bénévole 87 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, août 1914. Fermeture en 1920 - Service de chirurgie - Capacité 300 à 350 lits

CASINO MUNICIPAL

Hôpital bénévole 88 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, septembre 1914 jusqu’au 30 juin 1915 - Capacité 150 lits -

HOTEL D’ANGLETERRE

Hôpital bénévole 89 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre jusqu’au 4 août 1916 -

Capacité 225 lits - 12 soldats décèderont à l’hôtel pendant la Première Guerre mondiale -

HOTEL REGINA

Hôpital  91 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, 12 septembre  1914 jusqu’au 4 août 1917 - Capacité 375 lits -

HOTEL DE L’EUROPE

Hôpital bénévole 92 Bis

Annexe Hôtel des Princes. Fonctionne depuis le début de la guerre jusqu’au 31 décembre 1915 - Capacité 120 lits -

HOTEL CONTINENTAL

Hôpital bénévole 92 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre jusqu’au 20 novembre 1915 - Capacité 130 lits -

HOTEL DES PRINCES

Hôpital bénévole 93 Bis

Fonctionne depuis août 1914 - Fermeture fin décembre 1915 - Capacité 90 lits -

HOTEL DE BAYONNE

Hôpital bénévole 94 Bis

Fonctionne depuis août 1914 - Fermeture décembre 1915 - Capacité 130 lits -

GRAND HOTEL

Hôpital bénévole 95 Bis

Fonctionne pendant toute la guerre - Service de grande chirurgie, spécialisé dans le traitement des soldats gazés - Capacité 120 lits -

Dr. Jacques de Poliakoff - Collaborateur médical Dr. Bandaline -

THERMES SALINS

Hôpital bénévole 96 bis

Fonctionne depuis le 13 septembre 1914  jusqu’au 22 juin 1915 -

HOTEL CARLTON

Hôpital bénévole 97 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre jusqu’au 30 juin 1915 - A reçu des blessés prisonniers allemands - Capacité 100 lits

COUVENTS DE DOMINICAINES

Hôpital 99 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, 30 août 1914  jusqu’au 10 janvier 1919 - Les infirmières étaient les sœurs dominicaines -

VILLA HERRENA

Hôpital bénévole n° 100 Bis

Fonctionne depuis le 2 septembre 1914  jusqu’au 23 novembre 1914 -

HOTEL DU PALAIS

Hôpital bénévole 101 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, 13 septembre 1914 jusqu’au 22 juin 1915 - Capacité 100 lits -

MIGRON

Hôpital bénévole 102 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, 30 août 1914 jusqu’au 6 Juillet 1916 - Capacité 22 lits -

Crée et dirigée par le Dr. Laborde Pierre -

AMBULANCE RUSSE

Hôpital bénévole 103 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, 30 août 1914 jusqu’en janvier 1916 - Capacité 25 lits -

Dirigée par la Princesse Narischkine -

LILITEIA

Hôpital bénévole 104 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre, 30 août 1914 jusqu’au 1 février 1916 - Capacité 16 / 20 lits -

Villa offerte et entretenue financièrement par son propriétaire Mr.Kennedy Tod, riche banquier New-yorkais.

Cette propriété de 14000 m2 achetée en 1911 dans le but d’édifier une maison de convalescence. Inaugurée en 1912 Mrs De Lostalot et Bastide devaient en être les médecins. En 1914 LILITEIA où l’on hospitalisait les officiers était administrée par M.Corrie. Médecin Dr. Bastide - Infirmière chef Mme. Agras -

Sources Monique Rousseau.

AGUILERA

Hôpital bénévole 105 Bis

Annexe de l’Hôtel d’Angleterre il reçoit les malades contagieux - Fonctionne depuis le 28 octobre 1914 guerre, au 1 janvier 1916 - Capacité 25 / 40 lits -

HOTEL VICTORIA

Hôpital bénévole 106 Bis

Fonctionne depuis le début de la guerre jusqu’au 30 juin 1915 - Capacité 150 Lits.

Médecin Dr. Lavergne - Infirmières Mmes. Monjalon - Leconte -

Villa ROSALIA

Hôpital bénévole 158 Bis

Fonctionne du 14 juillet 1915 au 1 janvier 1916 - 40 lits - Annexe Hôtel d’Angleterre -

AMBULANCE CLAISSE

Fonctionne seulement pendant le mois d’août 1914 au 3 mai 1915 -

LES TAMARIS

Hôpital auxiliaire 61

Fonctionne depuis le 20 janvier 1915 jusqu’en mars 1916 - Capacité 25 lits -

PAVILLON HENRI IV

Hôtel auxiliaire 88

Fonctionne depuis le 29 août 1914  jusqu’au 16 septembre 1916 - Capacité 100 lits -

HOTEL EDOUARD VII

Rue des Chantiers

Fonctionne comme hôpital auxiliaire du Pavillon Henri IV - Fonctionne depuis le 29 août 1914 - Ferme le 10 janvier 1919 - Capacité 36 lits -

Actuellement Rue Abbé Moussempés - Ce fut à l’origine une clinique anglaise crée par Edouard VII pour soigner les nombreux résidents anglais à Biarritz. C’est avec le consentement du roi Georges V que la maison fut mise à disposition pour soigner les blesses pendant le conflit.

Le 16 octobre 1914 a eu lieu à Biarritz la première transfusion sanguine directe de la première guerre mondiale

Isidore Colas breton en convalescence, à la suite d’une blessure à la jambe, a sauvé par le don de son sang le caporal Henri Legrain du 45° RI arrivé exsangue du front - leur sang devait être compatible puisque l’opération réussit -

Posté par 407ri à 15:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juillet 2010

BOULANT Charles Alfred Louis

BOULANT Charles Alfred Louis

Maréchal des Logis - classe 1909 - Appelé le 3 octobre 1910 au 7éme Dragons - Passé à l’aviation le 25 janvier1916 en qualité d’élève pilote - Breveté le 16 mai 1916  - n° brevet 3389 - Pilote à l’escadrille N15 sur avion NIEUPORT XVII

Citation : « Pilote d’une audace et d’un allant remarquable, le 20 décembre 1916 au cours d’une croisière a attaqué à l’Est de B….., un avion ennemi de si près que l’ayant abattu il a été entraîné dans sa chute. »

Mar_chal_des_Logis_BOULANT

- Photo extraite du journal La Guerre Aérienne -

Posté par 407ri à 22:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 juillet 2010

LATOURNERIE François

LATOURNERIE François

18° Régiment Infanterie - 2° cie -

Après avoir quitté Pau le 6 août 1914, le 11 août 1914 le 18° RI cantonne à Germiny (54) après une étape rendue très fatiguante par une chaleur torride, dirction Crépy durée moyenne de l'étape 21km. François est décédé des suites d'un coup de chaleur, il n'a pas vu le front, les tranchées, ni entendu un coup de feu, ce même jour il y eut 20 accidents sérieux ainsi que deux décés.

LAOURNERIE François repose à la Nécropole Nationale CHOLOY MENILLOT - Meurthe et Moselle 54 -

Posté par 407ri à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]